Edition n° 2 / 2019

30 ans de l'Association pour le génie biologique/ Protection contre les crues Aar et Gretzenbach

 

À la fin des années 80, des experts suisses se sont rencontrés à plusieurs reprises lors d’événements organisés par la Société pour le génie biologique en Allemagne dirigée par le professeur W. Pflug de l’Université technique de Rhénanie- Westphalie à Aix-la-Chapelle. Très vite, la décision fut prise de fonder une association similaire en Suisse. L’assemblée constitutive de l’Association pour le génie biologique s’est tenue le 29 septembre 1989 à Buchs (SG), suivie d’une excursion au Liechtenstein sous la houlette de Hubert Wenzel. Les préoccupations centrales étaient d’encourager une construction avec des plantes et la volonté de promouvoir les échanges d’expériences, en particulier dans les pays alpins.

Avec des symposiums, des excursions et des cours de perfectionnement, l’objectif était d’approfondir et de diffuser les connaissances et les actions. Dès le 7 décembre 1990, nous avons organisé une conférence intitulée « Principes et exemples du génie biologique » avec plus de 300 participants à l’Auditorium Maximum de l’EPFZ. Que ce soit pour la protection contre les crues, la renaturation des cours d’eau et des rives lacustres ou pour la stabilisation des pentes et des versants, le mot d’ordre, pour des raisons écologiques aussi bien que financières, doit toujours être: autant de mesures en dur que nécessaire, mais aussi réduites et douces que possible. Le terme d’ingénieur en génie biologique devait se faire connaître et être expliqué. La difficulté et la nécessité de définir et de positionner ce terme nous ont été révélées au bout de quelques années par un sondage au sujet de l’enseignement et de la formation auprès d’établissements d’enseignement supérieur (par exemple les hautes écoles de sciences appliquées d’aujourd’hui). Dans ce sondage, le génie biologique était en fait assimilé à la biotechnologie !

Les tâches et objectifs formulés avant la fondation sont aujourd’hui toujours actuels. Non sans fierté, je réalise que beaucoup a été accompli. Mais il est clair que l’engagement de l’Association est toujours nécessaire. Le défi pour les années à venir est d’inspirer par des activités et des propositions de jeunes professionnels dans le domaine du génie biologique et de s’engager auprès de l’Association. Conformément à la tradition de l’Association, une excursion spécialisée aura lieu cette année en même temps que l’assemblée générale. Les rapports correspondants sur les projets de protection contre les crues et de revitalisation de l’Aar et de Gretzenbach figurent dans la deuxième partie de ce bulletin. L’article venu d’Autriche montre à quel point les enfants et les adolescents peuvent être enthousiastes visà-vis d’un aménagement hydraulique proche de la nature.

Thomas Weibel, Président 1989-1998